Les collections de la bibliothèque de l'INHA

_

La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art est CADIST (Centre national d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique) : elle exerce une responsabilité nationale pour le développement et la conservation de collections de niveau recherche en art et archéologie, de même que pour la fourniture de documents aux usagers extérieurs. Elle bénéficie à ce titre d’un financement spécifique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. La bibliothèque par ailleurs attributaire du dépôt légal éditeur.

La bibliothèque propose à la consultation plus de 550 000 livres imprimés, dont une importante collection de catalogues de vente (depuis le 18e siècle), 6 772 titres de périodiques (dont plus de 1 300 vivants), 12 000 thèses françaises et étrangères, environ 16 000 ouvrages anciens, rares et précieux, 228 titres de périodiques de réserve, 1 100 manuscrits et copies de manuscrits et 45 500 autographes, plus de 18 900 estampes dont de nombreux recueils de gravures, 4 000 affiches, 700 000 photographies, plus de 130 fonds d’archives (concernant des artistes, des historiens de l’art, des critiques, des galeries) ; des microformes (en particulier des reproductions de fonds iconographiques et archivistiques étrangers). Ces fonds patrimoniaux sont progressivement intégrés à sa bibliothèque numérique en ligne.

La bibliothèque acquiert annuellement environ 12 000 ouvrages, principalement en langues étrangères. Elle possède en outre une documentation électronique spécialisée, avec les principales bases de données en histoire de l’art, ainsi que 3 500 titres de périodiques en ligne.

Elle acquiert également des documents patrimoniaux, visant à fournir des matériaux aux historiens d’art et aux archéologues dans le domaine de l’art occidental de l’Antiquité classique à nos jours.

La bibliothèque – en lien avec la communauté des chercheurs et les bibliothèques d’art actives dans ses domaines – a défini successivement sa politique documentaire en ce qui concerne les collections courantes, sous forme d’une charte de développement des collections, puis sa politique d’enrichissement des collections patrimoniales. Les documents établissant ces politiques font régulièrement l’objet d’approfondissement.

 

En 2016, elle se redéploiera dans la salle Labrouste : suivez en direct l'avancée du déménagement des collections sur le blog de la bibliothèque.