Nouvelles acquisitions

_

Accéder aux listes des dernières acquisitions de la bibliothèque, par période :

Collections de référence

_

Ancien CADIST (Centre national d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique) depuis 1981 et intégrée au dispositif des CollEx (Collections d'excellence pour la recherche) depuis leur création en 2016, la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art propose une collection de 1,7 million de documents, dont :

 

  • 550 000 monographies,
  • 6 772 titres de périodiques.

.

En janvier 2016, la bibliothèque s'est enrichie de la plus grande part des collections de la Bibliothèque centrale des musées nationaux,  et une sélection de plusieurs milliers de titres provenant de la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts devrait également la reloindre.

Centre régional du SUDOC-PS, en art et archéologie

_

La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art héberge le Centre régional du SUDOC-PS 32, Art et archéologie. Il a pour mission de coordonner et de développer les activités de signalement des périodiques et des collections dans le catalogue du SUDOC (catalogue national des bibliothèques de l’enseignement supérieur) pour les centres documentaires et bibliothèques d’art et d’archéologie d’Île-de-France.

 

Le CR 32 se compose de 63 bibliothèques dont :

  • 43 bibliothèques pour lesquelles le CR signale les collections de publications en série dans le SUDOC. Il apporte son expertise sur des questions catalographiques et anime des journées réseau;
  • 20 bibliothèques qui travaillent directement dans le SUDOC au moyen du logiciel WinIBW et pour lesquelles le CR centralise les dossiers de demande de numérotation ISSN et les transmet à l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) après traitement.

Politique d'acquisition

_

La bibliothèque de l’INHA a pour mission de collecter de manière aussi exhaustive que possible la documentation consacrée à l'histoire de l'art et à l'archéologie. Elle s'enrichit d'environ 12 000 volumes par an, à 80 % en langues étrangères, et est abonnée à 1 300 titres de périodiques imprimés. Elle donne également accès à 3 500 revues électroniques.

Le nombre toujours croissant de publications et de supports implique des choix. La bibliothèque est en outre ancrée dans un réseau documentaire qui incite à la recherche de complémentarités, tout d'abord à Paris et en Île-de-France.

 

Outre les bibliothèques dont l’activité est en partie ou totalement dédiée à l’art (bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts pour l’architecture, Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou pour l’art contemporain, médiathèque du Musée du Quai Branly pour les arts premiers, les arts traditionnels et populaires d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Océanie, bibliothèque des Arts décoratifs, médiathèque de la Cité du patrimoine et de l’architecture, bibliothèque de la Maison René-Ginouvès en archéologie, etc.), la bibliothèque de l’INHA doit également se positionner et prévoir le développement de ses collections dans le cadre du quadrilatère Richelieu et partant, en cohérence et complémentarité avec les ressources documentaires des institutions voisines : départements spécialisés de la BNF, bibliothèque de l’École nationale des chartes, Institut national du patrimoine, centre Gernet-Glotz.

 

Au-delà de ce premier cercle, il convient également de mentionner la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne pour les sources de l’histoire de l’art et les sciences de l’antiquité, de même que la bibliothèque Mazarine pour l’histoire locale, sans oublier la richesse des bibliothèques spécialisées sur tout le territoire.

 

À lire : la charte documentaire mise à jour en 2015.